Des bulldozers israéliens pour raser des villages palestiniens

mercredi 23 novembre 2016 / 6h:45
Bédouins Palestine
Une famille bédouine palestinienne après que leur maison de la vallée du Jourdain ait été démolie par l'armée israélienne d'occupation - Photo : Anne Paq/Activestills.org
Patrick Strickland – Des dizaines de milliers de bédouins Palestiniens vivent dans des villages « non reconnus » dans la région du Negev. Le gouvernement israélien a dévoilé ses plans pour démolir Umm al-Hiran, un village bédouin dans la région du sud du Néguev où vivent des citoyens palestiniens d’Israël.

L’Administration des Terres d’Israël (ILA), un organisme gouvernemental qui administre des terres publiques, a déclaré qu’elle commencerait à raser le village mardi. Au moins 30 habitants seront déplacés de force.

Au moment de la publication, l’ILA n’avait pas répondu à la demande de commentaires d’Al Jazeera.

Tout en transférant de force les villageois palestiniens vers des cantons réservés dans le désert du Néguev, le gouvernement israélien prévoit de construire à la place d’Umm al-Hiran, un village [uniquement] juif pour les familles liées au mouvement de colonisation illégale en Cisjordanie occupée.

Une requête en jutsice a été déposée lundi devant un tribunal par Adalah, un groupe basé à Haifa de défense des droits des 1,7 million de Palestiniens qui portent la citoyenneté israélienne et vivent dans des villes et villages à l’intérieur des frontières du pays [Palestine de 1948].

« Le cas d’Umm al-Hiran est emblématique de la politique foncière israélienne – que ce soit du côté israélien de la Ligne verte – en référence à la ligne délimitant l’actuelle Israël de la Cisjordanie occupée – ou dans les territoires occupés », a déclaré à Al-Jazeera Amjad Iraqi, le coordinateur international pour Adalah.

« De nombreuses démolitions »

« Ce village est un exemple des dizaines de villages non reconnus dans le Néguev qui vont être détruits », a ajouté Iraqi.

« Il est même arrivé un moment où beaucoup de démolitions se sont produites à la fois dans les villages bédouins ‘non reconnus’ et ‘reconnus’. »

Avec parmi eux Umm al-Hiran, une quarantaine de villages bédouins « non reconnus » dans la région du Néguev sont appelés à être démolis malgré la présence de dizaines de milliers d’habitants.

La plupart de ces communautés y ont été déplacées de force par l’armée israélienne après avoir été chassées de leurs villages ancestraux pendant l’établissement d’Israël en 1948.

Parce qu’Israël ne reconnaît pas ces villages, beaucoup sont privés de l’accès à l’électricité, à l’eau et à d’autres services municipaux.

Plus tôt ce mois-ci, des bulldozers israéliens ont détruit al-Araqib, un village du sud du Néguev qui a été démoli plus de 100 fois depuis 2010.

Yousef Jabareen, député à la Knesset et membre de la coalition électorale majoritairement arabe, a condamné le démantèlement d’Umm al-Hiran comme une « escalade dangereuse » visant les citoyens palestiniens d’Israël.

« Cela prouve que le gouvernement poursuit sa politique visant à cibler la communauté arabe et à traiter celle-ci comme une ennemie au détriment de son droit fondamental au logement », a déclaré Jabareen à Al Jazeera, notant que l’initiative arrive à un moment où les députés israéliens tentent de légaliser les colonies réservées aux seuls juifs en Cisjordanie sous occupation.

« C’est un gouvernement qui prend pour cible ses citoyens palestiniens, tout en opprimant le peuple palestinien [dans les territoires occupés], et en niant aux deux populations leurs droits fondamentaux pour la dignité et la liberté ».

Selon la base de données en ligne d’Adalah, les citoyens palestiniens d’Israël souffrent de dizaines de lois discriminatoires qui limitent leur accès aux ressources de l’État – y compris la terre – et étouffent leurs libertés politiques.

La semaine dernière, un comité ministériel du gouvernement israélien a approuvé un projet de loi interdisant aux mosquées d’utiliser des haut-parleurs pour diffuser l’appel à la prière. Le projet de loi n’a pas encore été adopté par la Knesset, le Parlement israélien.

Patrick O. Strickland * Patrick O. Strickland est un journaliste et grand reporter américain indépendant spécialiste des questions de justice sociale et des droits humains au Moyen-Orient et spécialement en Palestine. Il écrit pour de nombreux médias notamment al-Jazira, Alternet, VICE News, Deutsche Welle, Syria Deeply, AlterNet, Electronic intifada, Socialist Worker etc …
Son compte Twitter : @P_Strickland_

22 novembre 2016 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine

image_pdfimage_print
Posté par le mercredi 23 novembre 2016 . inséré dans Articles, Slider . Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0 . Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.
Support Palestine Chronicle
Soutenez Chronique de Palestine
Nous apprécions grandement votre soutien. The Palestine Chronicle (version française : Chronique de Palestine) est une organisation sans but lucratif 501(c)3 (code fédéral des impôts américain).
Subscribe to Newsletter
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre liste de diffusion.
Email:

Résistant en Palestine

Résistant en Palestine – Une histoire vraie de Gaza

La deuxième Intifada palestinienne

La deuxième Intifada palestinienne

« Retours sur une saison à Gaza » – Aux éditions Scribest

« Retours sur une saison à Gaza » – Aux éditions Scribest

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

 Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale
Disclaimer RSS Feed Contact us Donation Popup
© Copyright 1999-2017 PalestineChronicle.com. All rights reserved
Powered By MediaSeniors