Congrès de psychanalyse et psychothérapie en Israël : notre réponse aux organisateurs

Photo : Oren Ziv/Activestills
Al-Araqeeb - Une famille palestinienne assiste à la destruction de sa maison par les troupes israéliennes d'occupation - Photo : Oren Ziv/Activestills
Appel Les initiateurs d’un appel répondent ici à l’Association internationale pour la psychanalyse relationnelle et la psychothérapie [IARPP], qui tente de justifier sa décision de tenir sa réunion internationale de 2019 en Israël.

Cher Dr. Kuchuck,

J’ai apprécié votre courriel personnel [traduction ci-dessous] en réponse à notre lettre du 27 décembre 2017, laquelle proteste contre la décision d’organiser la conférence IARPP de 2019 en Israël et est conforme aux principes énoncés par votre courriel, à savoir « l’insertion, la protection et la libre expression d’un ensemble de points de vue différents ».
Il était donc déconcertant d’entendre que la liste de diffusion de l’IARPP avait officiellement mis fin à toute discussion sur la controverse qui a suivi la publication initiée dans les 24 heures d’une pétition soutenant cette lettre, période au cours de laquelle la pétition avait déjà été signée par plus de 200 travailleurs de la santé mentale – dont beaucoup sont membres de l’IARPP.

La profonde contradiction entre les engagements déclarés de l’IARPP en faveur d’un échange d’idées ouvert et son projet de tenir la conférence de 2019 en Israël est précisément notre point de vue. Vous déclarez, « nous visons à créer au sein de notre conférence psychanalytique relationnelle un espace ouvert et sûr dans lequel les participants à travers le spectre politique peuvent confronter et échanger des points de vue. » Mais il est clair qu’un tel espace ouvert et sûr ne peut pas être créé par l’IARPP au sein même de l’État d’Israël.

Nous en avons déjà expliqué les raisons : parce que les restrictions de mouvement, les barrages militaires et le ciblage incessant des Palestiniens qui critiquent Israël font qu’il est très difficile pour les collègues palestiniens d’assister à une conférence en Israël. L’arrestation, il y a moins de deux semaines, de Munther Amira, ancien secrétaire général du Syndicat palestinien des travailleurs sociaux et des psychologues, souligne ce point.

De plus, l’annonce il y a deux jours que le gouvernement d’Israël désormais interdit d’accès les membres d’une longue liste de groupes d’action politique non violents, comme la Jewish Voice for Peace et le American Friends Service Committee, a été particulièrement inquiétante. Cette escalade dans la volonté d’Israël de faire taire les critiques empêchera désormais de nombreux membres internationaux de l’IARPP d’assister à cette conférence ou à toute autre conférence en Israël.

Naturellement, nous croyons qu’un véritable dialogue à la base entre les Palestiniens et les Israéliens juifs est à la fois possible et nécessaire, à condition que le cadre d’un tel dialogue incarne l’égalité et l’équilibre. Une organisation engagée dans une authentique diversité de points de vue serait, par exemple, dirigée par un conseil d’administration composé de Palestiniens et d’Israéliens juifs.

Savoir si une telle organisation pouvait ouvertement être établie en Israël demeure une question, mais il est évident que l’IARPP n’est pas une telle organisation. L’IARPP a « brassé les cartes » en faveur de la vision officielle d’Israël à tous les niveaux – en acceptant la réalité d’une large suppression de la liberté d’expression par l’État, et en closant volontairement le débat au sein de ses propres membres.

L’affirmation de l’IARPP d’offrir un « espace sûr » pour des points de vue diversifiés est une fiction. Le nettoyage violemment imposée par l’Etat d’Israël est réeproduit en miniature à la conférence 2019 de l’IARPP. La déclaration écrite de la direction de l’IARPP semble rassurante et bienveillante, mais elle n’est qu’un simulacre de réponse. Quant à la réalité, elle est terrifiante.

Sincèrement vôtres,

Samah Jabr MD
Psychiatre, Jérusalem-Est

Elizabeth Berger MD, MPhil
Pédopsychiatre, New York

Rebecca Fadil, LCSW
Travailleur social, Washington, DC

Christine Schmidt, LCSW
Psychanalyste et membre de l’IARPP, New York

Signez la pétition : non au Congrès de psychanalyse et psychothérapie en Israël

De l’IARPP – 5 janvier 2018

Cher Dr. Berger,

Merci encore pour votre lettre et pour votre patience pendant que nous rédigions cette réponse. Nous reconnaissons le sérieux et la force de votre demande et apprécions que vous preniez le temps d’écrire au Conseil.

Comme nous le faisons en considérant l’emplacement de toutes les conférences de l’IARPP, le Conseil s’est engagé dans un processus ouvert et délibératif avant de décider de tenir la conférence en Israël. Si nous choisissions nos lieux de conférence sur la base des décisions politiques des gouvernements nationaux, nous pourrions avoir du mal à trouver un cadre idéal qui conviendrait aux préférences et aux valeurs de chacun. En effet, certains membres internationaux ont protesté contre notre décision d’accueillir la conférence IARPP de 2018 aux Etats-Unis, compte tenu de la situation politique actuelle dans ce pays. Nous avons décidé que maintenir la conférence américaine comme prévu – tout en faisant de la tourmente politique le thème des réunions – représenterait une expérience significative qui nous aiderait tous à réfléchir aux difficiles problèmes auxquels nous sommes confrontés.

Dans un sens restrictif, nous ne sommes pas une organisation politique. Mais nous soutenons, défendons et faisons la promotion d’un ensemble de valeurs et de principes : l’insertion, la protection et la libre expression d’un ensemble de points de vue divers, en faisant essentiellement confiance aux valeurs politiques qui sous-tendent ou devraient sous-tendre une démocratie. Cela inclut le souci des droits de l’homme universels qui est si clairement exprimé dans votre lettre. Pourtant, nous pensons que permettre à notre organisation de retenir un pays pour un boycott reviendrait à pratiquer la politique de l’exclusion. Les boycotts ne nous aideront pas à remplir notre principale mission : promouvoir des valeurs qui font partie intégrante du développement créatif de la psychanalyse relationnelle.

Les membres de l’IARPP ont des points de vue qui divergent sur de nombreuses questions politiques, y compris le conflit israélo-palestinien. L’une des responsabilités du Conseil est d’honorer le droit de tous les membres à exprimer de façon indépendante leurs points de vue sur l’histoire, l’actualité et ce qui favoriserait le mieux la paix au Moyen-Orient et dans le monde. Nous sommes tous profondément affectés par cela. Il n’est pas de la responsabilité de l’IARPP de se rallier à une vision particulière de cette histoire compliquée – ni de prendre des décisions organisationnelles à son sujet. Nous sommes une organisation professionnelle basée sur la libre adhésion. Le lieu de notre conférence n’implique aucun jugement sur les pratiques ou les politiques d’un endroit particulier; notre lieu de conférence reflète notre respect pour les contributions professionnelles de nos sections internationales, nos efforts pour soutenir leur développement professionnel continu dans leur partie du monde, et nos tentatives pour mieux comprendre les difficultés rencontrées par les communautés que nous servons.

Enfin, l’organisation de la conférence à Tel Aviv nous permettra d’accueillir les diverses voix de nos collègues juifs et arabes israéliens ainsi que de multiples perspectives internationales. Nous avons l’intention d’offrir aux participants la possibilité de se rendre en Cisjordanie palestinienne. Nous enverrons des invitations aux collègues palestiniens, et nous nous activerons pour permettre leur présence parmi nous. Plutôt que d’exclure ces problèmes et de faire taire la discussion, nous visons à créer au sein de notre conférence psychanalytique relationnelle un espace ouvert et sûr dans lequel les participants à travers le spectre politique peuvent confronter et échanger des points de vue.

Nous croyons que le dialogue, au-delà des divisions est plus que jamais nécessaire.

Respectueusement,

Steven Kuchuck, IARPP Président, et Chana Ullman, IARPP Vice-président
Au nom du conseil d’administration

10 janvier 2018 – UK Palestine Mental Health Network – Traduction : Chronique de Palestine

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*