Muhammad Allan, en grève de la faim depuis 25 jours

lundi 3 juillet 2017 / 8h:18
Muhammad Allan - Photo : Archives
Muhammad Allan - Photo : Archives
Ma’an News – Alors que Muhammad Allan a entamé (à la date du 2 juillet) son 25e jour en grève de la faim dans une prison israélienne, le Centre d’études des prisonniers palestiniens a appelé les Palestiniens et les groupes internationaux à faire davantage pour soutenir le prisonnier palestinien.

Le responsable du Centre d’études, Rafaat Hamdouna, a appelé les organisations humanitaires, les organisations palestiniennes et les médias à accroître la pression sur Israël pour obtenir la libération d’Allan.

Allan, un avocat du village d’Einabus, dans la région de Naplouse, dans le nord de l’occupation de la Cisjordanie, a été libéré de prison en novembre 2015 après une période d’un an de détention administrative – la politique d’internement largement condamnée d’Israël sans inculpation ni procès et sans limite de durée. Il avait alors mené une grève de la faim longue de 66 jours pour protester contre sa détention.

Cependant, Allan a été à nouveau kidnappé par les forces israéliennes d’occupation le 8 juin et il a commencé sa grève de la faim le même jour.

Il aurait été placé en cellule d’isolement au 10e jour de sa grève.

Un tribunal militaire israélien a accusé Allan d’avoir « incité » [à la résistance] dans les médias sociaux, ce qui poussé son père à dire que les forces israéliennes « voulaient à nouveau emprisonner son fils et se venger de lui, depuis le jour l’année dernière où il a été libéré de la détention administrative ».

Les autorités israéliennes ont justifié leur répression sur l’activité des médias sociaux palestiniens, arguant qu’une vague de troubles qui a commencé en octobre 2015 a été provoquée par l’incitation [à la résistance] en ligne, bien que les Palestiniens aient plutôt souligné comme motif d’actes de violence, la frustration et le désespoir provoqués par l’occupation vieille de 50 ans par Israël du territoire palestinien et l’absence d’horizon politique.

La suppression de la liberté d’expression palestinienne au cours des derniers mois a également vu les librairies fermées, tandis que des militants, des journalistes, des romanciers et des poètes ont été emprisonnés.

La grève de la faim d’Allan intervient à la suite d’une grève de la faim de 40 jours menée par des centaines de prisonniers palestiniens pour dénoncer la violation de leurs droits humains fondamentaux dans les prisons israéliennes.

Bien les responsables palestiniens et les dirigeants de la grève de la faim aient déclaré une victoire, IPS a nié à maintes reprises avoir négocié avec les prisonniers ou accédé à la moindre de leurs demandes.

3 juillet 2017 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine

image_pdfimage_print
Posté par le lundi 3 juillet 2017 . inséré dans Articles, Prisonniers, Slider . Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0 . Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.
Support Palestine Chronicle
Soutenez Chronique de Palestine
Nous apprécions grandement votre soutien. The Palestine Chronicle (version française : Chronique de Palestine) est une organisation sans but lucratif 501(c)3 (code fédéral des impôts américain).
Subscribe to Newsletter
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre liste de diffusion.
Email:

The Last Earth: A Palestinian Story

The Last Earth: A Palestinian Story

The Last Earth: A Palestinian Story

Résistant en Palestine

Résistant en Palestine – Une histoire vraie de Gaza

La deuxième Intifada palestinienne

La deuxième Intifada palestinienne

Derrière les fronts

Derrière les fronts

« Retours sur une saison à Gaza » – Aux éditions Scribest

« Retours sur une saison à Gaza » – Aux éditions Scribest
Disclaimer RSS Feed Contact us Donation Popup
© Copyright 1999-2017 PalestineChronicle.com. All rights reserved
Powered By MediaSeniors