Musab Firas al-Tamimi, âgé de 17 ans, assassiné par les troupes israéliennes d’occupation

Photo : ActiveStills.org
Musab Firas al-Tamimi, âgée de 17 ans, est le premier Palestinien assassiné par les troupes d'occupation en 2018 - Photo : ActiveStills.org
Zena TahhanLes forces israéliennes d’occupation ont abattu Musab Firas al-Tamimi, un adolescent palestinien âgé de 17 ans, dans la banlieue nord de la ville occupée de Ramallah en Cisjordanie.

Le ministre palestinien de la Santé a informé que le jeune garçon de 17 ans, Musab Firas al-Tamimi, était originaire du village de Deir Nitham, où le meurtre a eu lieu mercredi.

« Il est mort peu de temps après que les forces d’occupation lui aient tiré une balle dans le cou », a déclaré à Al Jazeera Maria Aqraa, porte-parole du ministère.

« Il a été transféré dans un hôpital de Ramallah et il est décédé quelques minutes plus tard », a-t-elle ajouté.

Aqraa a déclaré que Musab a été abattu lors d’une confrontation avec l’armée israélienne.

« Le monde ne fait que regarder et se taire »

Musab était un membre de la famille Tamimi, qui vit dans le village voisin de Nabi Saleh, où une jeune militante connue, Ahed Tamimi, a été kidnappée le 19 décembre.

Ahed Tamimi a été filmée en train de gifler un soldat devant sa maison, après que les forces israéliennes eurent tiré une balle en acier enrobée de caoutchouc sur son cousin âgé de 15 ans.

La famille est persécutée depuis des années par l’armée israélienne qui a emprisonné et tué plusieurs de ses membres lors de manifestations hebdomadaires pacifiques contre le vol de leurs terres pour la colonie juive et illégale voisine de Halamish.

Le père de Musab, Firas, a déclaré que l’armée israélienne multipliait depuis des mois les provocations à l’égard des habitants des deux villages.

Il a déclaré à Al Jazeera que les soldats israéliens avaient attaqué Deir Nitham vers huit heures du matin mercredi, après quoi les garçons du village sont sortis pour les affronter.

« L’armée d’occupation a attaqué à la fois Deir Nitham et Nabi Saleh jour après jour. Les soldats arrivent, provoquent les habitants, tirent sur nos maisons la nuit et lancent des bombes assourdissantes dans la rue. C’est notre vie quotidienne », a ajouté Firas.

« Nous ne pouvons pas rester silencieux et nous contenter de regarder. Personne ne nous écoute, personne ne ressent la douleur qui est la nôtre. Le monde ne fait que regarder et se taire. »

Depuis le 6 décembre, lorsque le président américain Donald Trump a déclaré que Jérusalem était la capitale d’Israël, 16 Palestiniens ont été assassinés par l’armée israélienne, en grande partie lors de manifestations contre la décision de Washington.

Le meurtre de Musab fait de lui le premier Palestinien à être abattu par les forces israéliennes d’occupation en 2018.

* Zena al-Tahhan est journaliste à Al Jazeera. Elle couvre principalement le monde arabe, avec une spécialisation sur les pays du Levant. Avant de rejoindre Al Jazeera, Zena était journaliste indépendante basée à Jérusalem. Suivez Zena Tahhan sur Twitter : @Zenatahhan

Articles de la même auteure.

3 janvier 2018 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*