L’occupant s’acharne sur Ahed et Nariman Tamimi

Photo : Jaclynn Ashly/Al Jazeera
Le cas de Ahed et Nariman Tamimi a attiré l'attention du monde entier - Photo : Jaclynn Ashly/Al Jazeera
Jaclynn AshlyAlors que des millions de personnes à travers le monde ont célébré Noël avec leurs familles, riant et échangeant des cadeaux, Bassem Tamimi a siégé pendant des heures devant un tribunal israélien attendant de connaître le sort de son épouse, de sa fille et de sa nièce.

Pour la deuxième fois en moins d’une semaine, les détentions des femmes Tamimi ont été prolongées de quatre jours, la police de l’occupant poursuivant une enquête sur une affaire qui a attiré l’attention du monde entier.

Bassem a déclaré à Al Jazeera que les audiences du tribunal, qui se sont déroulées au centre de détention israélien d’Ofer à Ramallah, ont duré plus de six heures lundi.

« Ahed avait l’air si fatiguée », a-t-il dit, parlant de sa fille de 16 ans emprisonnée, et il a exprimé son inquiétude concernant son traitement dans la prison israélienne.

Trois policiers israéliens se sont tenus devant Bassem pendant toute la procédure judiciaire, empêchant Bassem de voir sa fille Ahed.

« Je n’avais même pas le droit de la voir », a-t-il dit. Bassem a essayé de parler à sa fille, désireux d’entendre sa voix familière qui aurait pu l’assurer qu’elle gardait la force pour laquelle l’adolescent est devenue célèbre.

Cependant, « chaque fois que j’essayais de lui parler, les policiers israéliens me disaient de me taire et menaçaient de me chasser du tribunal », a-t-il raconté.

« Ils veulent juste nous montrer qu’Israël contrôle tout. »

Multiplication des kidnappings

Ahed a été enlevée mardi par les forces israéliennes d’occupation à la suite d’une descente avant l’aube dans la maison de la famille dans le village de Nabi Saleh, en Cisjordanie occupée.

Quelques heures plus tard, son épouse Nariman s’est rendue au centre de détention de Binyamin où Ahed était détenue afin de vérifier son état et pouvoir être présente lors des interrogatoires.

Elle aussi a été arrêtée, dès son arrivée. Les autorités israéliennes d’occupation accusent Nariman d’ « incitation » pour avoir enregistré une vidéo montrant Ahed giflant et donnant des coups de pied à deux soldats israéliens devant sa maison.

Nour, âgée de 21 ans, et une cousine Nour qui étudie le journalisme à l’Université Al Quds, a également été arrêtée lors d’une descente chez elle le lendemain matin.

Un porte-parole de l’armée israélienne d’occupation a déclaré qu’Ahed était soupçonnée d’ « avoir agressé un soldat et un officier des FDI ».

La vidéo est devenue virale et a provoqué une campagne israélienne dans les médias sociaux pour exiger l’arrestation de l’adolescente, qui est devenue de longue date et depuis l’âge de 13 ans une icône de la résistance du village.

LIRE ÉGALEMENT : Ahed et Nariman Tamimi kidnappées par les forces d’occupation

Nour est également apparu dans la vidéo plus tard. Après les kidnappings, les autorités israéliennes d’occupation ont convoqué Bassem pour interrogatoire et l’ont interrogé pendant deux heures à propos de la vidéo.

Selon Bassem, dans la vidéo Ahed et Nour essayaient d’éloigner les soldats de leur maison après que leur cousin Mohammad, âgé de 15 ans, ait été frappé à bout portant au visage avec une balle en acier entourée de caoutchouc, ce qui l’a laissé dans le coma pendant 72 heures.

Les femmes Tamimi n’ont pas encore été officiellement accusées d’un quelconque « crime ».

Selon Gabi Laski, l’avocate d’Ahed, les femmes font également l’objet d’une enquête pour d’autres incidents sans rapport avec la vidéo récente.

Laski a indiqué que l’adolescente était détenue dans la première section de la prison israélienne de HaSharon, en Israël, composée de « prisonniers de sécurité ».

Impossibilité de changer de vêtements

Nariman et Nour sont détenus ensemble à HaSharon dans la troisième section réservée aux femmes palestiniennes, a précisé M. Laski.

Ahed n’a pas reçu de vêtements de rechange depuis qu’elle a été kidnappée il y a presque une semaine, a déclaré Laski à Al Jazeera. Depuis sa détention, Ahed a également été transféré entre plusieurs prisons en Israël.

Selon Laski, de telles pratiques sont destinées à « briser votre moral ».

Les détenus palestiniens sont généralement menottés et leurs pieds sont enchaînés pendant les transferts de prison. Ce voyage entre les prisons est souvent inconfortable et peut entraîner un épuisement physique et émotionnel grave.

Ces transferts pénitentiaires sont une violation du droit international, qui interdit le transfert de Palestiniens du territoire occupé en territoire israélien.

Néanmoins, 60% des enfants détenus palestiniens sont transférés en Israël à partir du territoire occupé, selon le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer.

Addameer a rapporté que de nombreux enfants palestiniens sont interrogés alors qu’ils « étaient dans leur sommeil et sont souvent meurtris et effrayés », et qualifient le processus de « coercitif ».

« Abus et humiliation »

Selon le groupe, les enfants palestiniens sont souvent « contraints de signer des aveux écrits en hébreu », bien que la plupart des Palestiniens du territoire occupé ne comprennent pas cette langue.

Defence for Children International – Palestine a noté dans un nouveau rapport que sur 520 cas d’enfants palestiniens emprisonnés par Israël entre 2012 et 2016, 72% ont été confrontés à la violence physique et 66% ont été victimes d’abus verbaux et d’humiliation.

Le père de Nour, Naji, a déclaré à Al Jazeera que les menaces que sa famille a reçues des Israéliens l’ont rendu anxieux et préoccupé par la sécurité de Nour dans la prison.

LIRE ÉGALEMENT : « Mère Courage » vit en Palestine

Selon Naji, les Israéliens ont demandé que les femmes Tamimi soient détenues dans la « cellule la plus sombre » des prisons israéliennes et ont exprimé leur espoir que les femmes « soient violées ».

« Que se passe-t-il si un israélien de droite travaille dans la prison, et que ces menaces sont effectivement appliquées ? » a-t-il dit.

Tôt le matin, alors que les familles Tamimi se reposaient avant une autre longue journée devant un tribunal israélien, les forces israéliennes se sont faufilées dans le village et ont fait irruption dans la maison de Naji.

Manal Tamimi, un parent des femmes, a déclaré à Al Jazeera que les forces israéliennes ont fait irruption dans la maison de Naji et ont saccagé les lieux, avant d’attaquer deux autres maisons dans le village.

Izz al-Din et Mutasim Tamimi, tous deux âgés de 20 ans, ont été enlevés pendant le raid. Les deux jeunes gens avaient déjà passé entre cinq et huit mois dans la prison israélienne, selon Manal.

Ni l’un ni l’autre des jeunes n’étaient impliqués dans le cas qui a entraîné l’arrestation de Ahed et Nariman.

Résidents interrogés

Manal a déclaré que depuis deux semaines, les forces israéliennes stationnées au poste de contrôle situé à l’entrée de Nabi Saleh arrêtaient les jeunes habitants du village et les interrogeaient pendant des heures.

« Cela n’a rien à voir avec une quelconque infraction, ce n’est que du harcèlement et des punitions collectives dans le village », a-t-elle déclaré.

Bassem est d’accord, disant à Al Jazeera que les séances devant un tribunal sont une forme de « propagande » israélienne. « Israël veut montrer au monde qu’il organise un procès, un tribunal et un système légal. Il veut que les gens croient qu’ils ont des lois et une démocratie », a dit Bassem.

Bassem a déclaré que le village ne considérait pas les tribunaux israéliens comme « légitimes ».

« Tout est faux. Les tribunaux ne sont qu’un autre élément de l’occupation. Il n’y a pas de différence entre ce tribunal et une colonie israélienne « , a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« Ils nous prennent pour cible parce que nous sommes Palestiniens et que nous résistons à l’occupation israélienne et à la colonisation des terres palestiniennes. Ils veulent briser Nabi Saleh ».

* Articles de la même auteure.

26 décembre 2017 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine