La police britannique rouvre l’enquête sur le meurtre du dessinateur Naji Salim Hussain al-Ali

vendredi 8 septembre 2017 / 12h:30
Naji Salim Hussain al-Ali
Naji Salim Hussain al-Ali
Al-JazeeraUn appel à témoins a été lancé, 30 ans après le meurtre de Naji Salim Hussain al-Ali, en direction de quiconque a des informations à fournir.

La police britannique a lancé un nouvel appel à témoin pour le meurtre d’un célèbre dessinateur politique palestinien à Londres il y a 30 ans, en espérant que quelqu’un pourrait se sentir plus disposé à parler trois décennies plus tard.

Naji Salim Hussain al-Ali (*), qui avait reçu un certain nombre de menaces de mort pour ses dessins moquant la politique arabe et israélienne, a été tué par balles à l’ouest de Londres le 22 juillet 1987.

Il est mort à l’hôpital près d’un mois plus tard, âgé de 51 ans.

Le Scotland Yard’s Counter Terrorism Command (CTC) a lancé un appel à témoin pour des informations sur un homme armé [sur les lieux du crime] et un second vu plus tard, loin de la scène.

« Le meurtre brutal de M. Al-Ali a profondément affecté sa famille, et 30 ans après elle continue à souffrir de son absence », a déclaré le responsable du CTC, Dean Haydon.

« Beaucoup de choses peuvent changer en 30 ans : « Les affiliations changent et les personnes qui ne voulaient pas parler au moment du meurtre peuvent maintenant être prêtes à fournir des informations cruciales. »

Osama al-Ali, le fils du dessinateur, a qualifié la mort subite de son père de « traumatique ».

En parlant à Al Jazeera, le fils d’al-Ali a déclaré que des personnes alors influentes ont peut-être caché des informations cruciales pour savoir qui était derrière l’assassinat de son père.

« Il y avait des gens actifs sur la scène politique à l’époque – qui le sont encore dans une moindre mesure – qui ont des informations qu’ils n’ont pas partagés », a-t-il déclaré.

Les dessins d’Al-Ali étaient souvent représentés selon la perspective de Handala, un petit garçon réfugié qui symbolisait un droit de retour jamais appliqué pour les réfugiés palestiniens.

Les dessins satiriques ont été perçus comme critiques de la direction de l’Organisation de libération de la Palestine [OLP], ainsi que des gouvernements israélien et arabes. Ils lui ont valu une notoriété internationale, mais ils ont également entraîné un certain nombre de menaces de mort contre lui.

« Mon pinceau est ma seule arme, je l’utilise pour lutter contre les forces vicieuses du mal dans notre monde », disait Al-Ali.

Quel motif pour le meurtre ?

La police a déclaré qu’elle cherchait toujours le motif du meurtre d’al-Ali.

Il a été abattu d’une balle à la nuque en plein jour, alors qu’il marchait de sa voiture jusqu’au bureau de Knightsbridge du journal koweïtien Al-Qabas, où il travaillait à l’époque.

Des témoins ont vu l’assaillant suivre al-Ali et plus tard s’enfuir de la scène à pied.

Il a été décrit comme d’environ 25 ans et semblant originaire du Moyen-Orient, avec des cheveux noirs et épais et ondulés à l’arrière.

L’arme de poing automatique de couleur noire – un pistolet Tokarev 7,62 – a été retrouvé sur le sol à Londres en 1989.

Les essais de tir ont montré des marques sur les balles qui correspondaient à celles sur la douille récupérée sur la scène du crime.

Un deuxième homme, décrit comme étant dans sa cinquantaine et d’apparence venant du Moyen-Orient, a été vu en train de courir avec sa main gauche sur le côté droit de sa veste comme s’il cachait quelque chose, et entrer peu de temps après dans une voiture Mercedes argentée avec laquelle il s’est enfui.

La police croit que le deuxième suspect cachait l’arme dans son manteau.

« Il y a eu beaucoup de spéculations pendant de nombreuses années sur qui aurait pu commanditer le meurtre », a déclaré Paul Brennan, de Al Jazeera, depuis Londres.

« Peu de temps après, la police a arrêté plusieurs suspects ayant des liens avec l’OLP et le Mossad israélien, mais avec peu de preuves tangibles. Personne n’a jamais été accusé du meurtre ».

Le commandant Dean Haydon, chef du CTC à Scotland Yard et qui supervise l’enquête, a déclaré que la police avait « suivi un certain nombre de pistes qui ne nous ont pas permis d’identifier ces deux hommes ».

« Cependant, beaucoup peuvent changer en 30 ans », a-t-il déclaré.

« Les affiliations changent et les personnes qui ne voulaient pas parler au moment du meurtre peuvent maintenant être prêtes à fournir des informations cruciales. »

(*) Voir l’ouvrage paru chez Scribest.

30 août 2017 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine

image_pdfimage_print
Posté par le vendredi 8 septembre 2017 . inséré dans Articles, Slider . Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0 . Vous pouvez répondre ou laisser un trackback à cet article

Leave a Comment

Please insert the correct number.

Support Palestine Chronicle
Soutenez Chronique de Palestine
Nous apprécions grandement votre soutien. The Palestine Chronicle (version française : Chronique de Palestine) est une organisation sans but lucratif 501(c)3 (code fédéral des impôts américain).
Subscribe to Newsletter
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre liste de diffusion.
Email:

Résistant en Palestine

Résistant en Palestine – Une histoire vraie de Gaza

La deuxième Intifada palestinienne

La deuxième Intifada palestinienne

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

 Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Sabra et Chatila

Sabra et Chatila, au coeur du massacre

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale
Disclaimer RSS Feed Contact us Donation Popup
© Copyright 1999-2017 PalestineChronicle.com. All rights reserved
Powered By MediaSeniors