Résistance palestinienne : Ismaïl Haniyeh bientôt à la tête du bureau politique du mouvement Hamas

vendredi 17 mars 2017 / 6h:35
Archives : Info-Palestine.eu
Ismaïl Haniyeh, prochain responsable du Bureau politique du mouvement Hamas - Photo: Archives Info-Palestine.eu
Al-Manar Le mouvement de résistance palestinien Hamas va bientôt changer de premier dirigeant et devrait achever son rapprochement avec l’Iran.

Dès le mois prochain, c’est Ismaïl Haniyeh qui présidera son bureau politique,lequel était depuis une vingtaine d’années dirigé par Khaled Meshaal. Celui-ci s’était considérablement rapproché des monarchies du Golfe depuis que le siège du mouvement avait déménagé de Damas vers le Qatar.

Selon le journal libanais al-Akhbar, les élections primaires au sein du Hamas sont sur le point de s’achever et les noms des membres du bureau politique devraient être annoncés au début du mois d’avril. Mais on sait déjà que M. Haniyeh figure en tête.

Dans un premier moment, c’est le nom du dirigeant Moussa Abou Marzouk qui avait été suggéré pour ce poste. Mais depuis que le journal pro saoudien Ashark al-Awsat a publié un enregistrement qui lui est attribué et dans lequel il attaque l’Iran, il a été écarté.

C’est le signe que le Hamas veut à tout prix ramener le niveau des relations avec Téhéran à celui d’avant la crise syrienne, le sujet sur lequel les deux protagonistes sont tombés en désaccord.

Selon Al-Akhbar, la direction du Hamas est parfaitement consciente que cette décision serait mal digérée par sa base, mais elle n’a aucune autre alternative. Sa branche armée a pressement besoin de cette relation, car seul l’Iran est disposé à lui fournir des armes.

« Certains États arabes soutiennent le mouvement avec de l’argent, mais certains se trouvent dans l’embarras de nous soutenir. Mais l’Iran est le seul pays qui nous donne des armements et nous transmet son expertise militaire », a expliqué une source du Hamas, sous le couvert de l’anonymat, au journal libanais.

Après son élection à la tête du Hamas, il est prévu que M. Haniyeh fasse une tournée dans un certain nombre de capitales arabes et islamiques, dont Téhéran. « La visite sera couronnée par une rencontre avec le guide suprême de la révolution islamique Ali Khameneï », a poursuivi la source du Hamas.

Le prochain responsable du Hamas devrait aussi quitter la bande de Gaza pour s’installer dans un pays arabe. Doha, la capitale du Qatar, et Beyrouth la capitale libanaise pourraient toutes les deux lui servir de lieu de résidence. Une disposition qui lui permettrait de rester ouvert à tous les antagonistes dans le monde islamique.

Le mois prochain, le Hamas va aussi publier sa nouvelle charte politique, dans laquelle elle va reformuler son identité par rapport au conflit avec l’ennemi sioniste et sa relation avec la nation arabe et islamique.

L’appartenance du Hamas à la confrérie des Frères Musulmans y a été abandonnée. Elle lui avait causée bien du tracas avec les Égyptiens, depuis le renversement du gouvernement élu de Mohammad Morsi et l’avènement du putschiste Abdel Fatah Al-Sissi.

En revanche, la question des Chrétiens palestiniens y est mise en exergue : ils sont présentés comme étant une composante essentielle de la société palestinienne.

Un texte est aussi consacré au statut de la femme palestinienne.

Or un changement majeur est introduit dans la charte : il n’est plus question de « libérer la Palestine de la mer au fleuve », un slogan qui avait orné son premier pacte. Le Hamas y admet un État palestinien dans les frontières de 1967. « Cette reconnaissance est formulée dans le contexte de la nécessité de libérer toute la Palestine … mais nous avons dit que nous ne rejetons nullement un État instauré dans les frontières de 1967, et dont la capitale serait Jérusalem Al-Quds. En échange, nous ne reconnaissons pas Israël, ce qui préserve notre droit à la résistance », a expliqué la source du Hamas.

Selon cette même source, cette disposition permet « d’ouvrir des perspectives avec nos partenaires », en allusion sans doute à l’OLP qui a depuis bien longtemps renoncé à cette exigence.

« Mais nous ne changerons certainement pas nos convictions sur la nécessité de combattre l’ennemi israélien et de libérer toute notre terre », a objecté la source. Assurant que la désignation de Yahia Sinwar à la tête du bureau politique de Gaza devrait dissuader quiconque que le Hamas voudrait changer ses principes fondamentaux.

Yahia Sinwar est connu pour son attachement indéfectible à l’option de la résistance.

16 mars 2017 – Al-Manar

image_pdfimage_print
Posté par le vendredi 17 mars 2017 . inséré dans Articles . Vous pouvez suivre les réponses de cet article à travers le RSS 2.0 . Les commentaires et les pings sont actuellement fermés.
Support Palestine Chronicle
Soutenez Chronique de Palestine
Nous apprécions grandement votre soutien. The Palestine Chronicle (version française : Chronique de Palestine) est une organisation sans but lucratif 501(c)3 (code fédéral des impôts américain).
Subscribe to Newsletter
Entrez votre adresse email pour vous inscrire à notre liste de diffusion.
Email:

Résistant en Palestine

Résistant en Palestine – Une histoire vraie de Gaza

La deuxième Intifada palestinienne

La deuxième Intifada palestinienne

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

 Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Palestine : Plus d’un siècle de dépossession

Sabra et Chatila

Sabra et Chatila, au coeur du massacre

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale

Le chemin de la Cour – Les dirigeants israéliens devant la Cour Pénale Internationale
Disclaimer RSS Feed Contact us Donation Popup
© Copyright 1999-2017 PalestineChronicle.com. All rights reserved
Powered By MediaSeniors